Loi Sapin 2 du 9 décembre 2016 : le régime juridique des lanceurs d’alerte

Loi Sapin 2 du 9 décembre 2016 : le régime juridique des lanceurs d’alerte. Définition, procédure progressive et respect des conditions légales :

L’article 6 de la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique définit pour la première fois le lanceur d’alerte. Deux conditions doivent être réunies :

 

  • d’une part, la personne physique doit agir de manière désintéressée et de bonne foi. Dès lors, une entreprise ne pourrait pas bénéficier de ce régime si elle révélait les pratiques illégales d’un concurrent ;

 

  • d’autre part, ses révélations doivent porter sur un crime ou un délit, une violation grave et manifeste d’un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d’un acte unilatéral d’une organisation internationale pris sur le fondement d’un tel engagement, de la loi ou du règlement, ou une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général, dont elle a eu personnellement connaissance ». Les faits visés sont donc très larges, mais le texte exclut expressément « les faits, informations ou documents couverts par le secret de la défense nationale, le secret médical ou le secret des relations entre un avocat et son client ».

 

Si ces conditions sont remplies, le lancement de l’alerte doit être réalisé selon une procédure progressive (art. 8 de la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique) :

 

  • d’abord, l’alerte doit être portée à la connaissance du supérieur hiérarchique ;

 

  • à défaut de réaction, elle peut ensuite être adressée à l’autorité judiciaire, à l’autorité administrative ou aux ordres professionnels ;

 

  • enfin, en l’absence de réaction pendant un délai de 3 mois, le signalement peut être rendu public.

 

Autrement dit, le lanceur d’alerte ne doit pas « sortir » des affaires sur la place publique avant d’avoir sollicité les autorités concernées pour qu’elles interviennent. C’est seulement en cas d’inertie de celles-ci qu’ils pourra exposer les faits publiquement.

 

S’il respecte ces conditions légales, le lanceur d’alerte bénéficie d’une triple protection :

 

 

 

  • en troisième lieu, si le lanceur d’alerte a porté atteinte à un secret protégé par la loi, il n’est pas responsable pénalement dès lors que cette divulgation était nécessaire et proportionnée à la sauvegarde des intérêts en cause (nouvel article 122-9 du Code pénal).

 

En revanche, si le lanceur d’alerte agit de mauvaise foi, il encourt les peines de la dénonciation calomnieuse ou de la diffamation.

 

Annabel QUIN,

Maître de conférences à l’Université de Bretagne-Sud

Ancienne avocat au Barreau de Paris

 

 Mise en ligne: 15/05/2017

 

Ventes aux enchères immobilières

Actualités en partenariat avec DALLOZ

Avec les vacances parlementaires et judiciaires, la rédaction de Dalloz […]
dim 30 Juil 2017
Dans une étude réalisée auprès d’avocats et publiée début juillet, […]
jeu 27 Juil 2017
Le Conseil national des barreaux (CNB), avait lors de son […]
jeu 27 Juil 2017
N’est pas contraire au devoir de délicatesse, l’envoi massif, par […]
mer 26 Juil 2017

Village de la Justice

Ville de la Justice

Rechercher un avocat