En cas de retard, la SNCF n’est tenue de réparer que le préjudice strictement prévisible lors de la conclusion du contrat et qui constitue une suite immédiate et directe du retard

Le domaine restreint de la responsabilité de la SNCF en cas de retard.

La méconnaissance de l’obligation de ponctualité, qui constitue pour la SNCF une obligation de résultat, « est réparée à concurrence du préjudice strictement prévisible lors de la conclusion du contrat et qui constitue une suite immédiate et directe du retard dans l’exécution de celui-ci » (Cass. Civ. I, 14 janvier 2016, n° 14-28227). Ainsi, après avoir élargi le domaine de la responsabilité de la SNCF en cas de retard en lui imposant une obligation de résultat, la Cour de cassation s’empresse d’en limiter la portée, conformément aux dispositions de l’article 1150 du Code civil. « Ce qui fait qu’en définitive, à considérer les choses de façon générale, il apparaît que la SNCF devra indemniser très souvent mais très peu. Tel est probablement le compromis auquel a voulu parvenir la Cour de cassation (T. Genicon, Obligation de ponctualité de résultat pour la SNCF, Rev. Contrats, juin 2016, p.210 et suiv.).

 

Dès lors, il apparaîtra généralement peu opportun de saisir un tribunal pour obtenir plus que ce que la SNCF propose spontanément à ses clients au-delà d’une demi-heure de retard et en l’absence de force majeure (laquelle est définie par la SNCF elle-même !). A moins que les tribunaux adoptent une interprétation extensive de la notion de préjudice prévisible, afin de sanctionner plus lourdement le transporteur. A cet égard, invoquer des préjudices assez abstraits comme le préjudice moral et la perte de temps « est très adroit : le juge déterminant souverainement le montant pertinent de l’indemnité, il se voit offrir une marge de manœuvre non négligeable pour sanctionner à loisir le transporteur » (T. Genicon, art. préc.). Reste à savoir s’il l’utilisera…

 

 

 

 

Annabel QUIN,

Maître de conférences à l’Université de Bretagne-Sud

Ancienne avocat au Barreau de Paris

 

 

 Mise en ligne: 08/03/2017

Application mobile

LaywerToLawyer, l'application mobile Alta-Juris des avocats pour les avocats

Ventes aux enchères immobilières

Actualités en partenariat avec DALLOZ

Me Étienne Ambroselli, avocat des opposants au projet « Cigéo […]
ven 22 Juin 2018
L’acquittement par la Cour pénale internationale (CPI) de l’ancien vice-président […]
jeu 21 Juin 2018
Le défaut de signature d’une convention ne prive pas l’avocat […]
mar 19 Juin 2018
L’article 19, alinéa 2, de la loi du 31 décembre […]
lun 18 Juin 2018
L’ex-directrice du magasin Tati de Barbès, qui comparaît pour harcèlement […]
dim 17 Juin 2018

Village de la Justice

Ville de la Justice

Rechercher un avocat