Date de naissance de l’hypothèque judiciaire dans le cadre du recours subrogatoire d’un notaire

Dans sa jurisprudence du 28 octobre 2015, la 1ère chambre Civile de la Cour de Cassation a considéré que l’hypothèque judiciaire pouvait exister dès le jugement de condamnation.

Les faits de l’espèce sont les suivants : le 12 juin 2001, un notaire a reçu une vente par acte authentique. Le 22 juillet suivant, l’un des créanciers du vendeur a inscrit une hypothèque judiciaire résultant d’un jugement précédent. Le 7 août le notaire publie la vente à la publicité foncière. Cette publication arrive cependant trop tard et le créancier est parvenu à saisir les mains entre les mains de l’acheteur. Le notaire a ensuite été condamné à indemniser l’acheteur. Le litige portait sur le recours subrogatoire du notaire.

 

Le notaire estimait qu’il avait payé la dette du vendeur, tenu à la garantie d’éviction. Le problème était de savoir si le trouble subi par l’acheteur relevait bien de la garantie d’éviction.

 

Certes, il ne fait pas de doute que la garantie d’éviction s’applique aux hypothèques. Mais le problème était de savoir si ce trouble existait au moment de la vente, alors que l’hypothèque a été prise postérieurement. Autrement dit, quelle était la date de naissance de l’hypothèque judiciaire ? Pour retenir la responsabilité du vendeur sur le fondement de la garantie d’éviction, et en conséquence le recours du notaire sur le fondement de la subrogation, la Cour de cassation (Cass. Civ. I, 28 octobre 2015, n°14-15114) décide que l’hypothèque judiciaire existe dès le jugement de condamnation.

 

La formule apparaît malheureuse. En quoi consisterait ce droit réel qui ne serait pas opposable à tous mais seulement au créancier jusqu’à l’inscription hypothécaire ? « Pour éviter un tel paradoxe, il faut comprendre la motivation de l’arrêt de façon moins radicale : il suffisait que le risque d’inscription existe de façon suffisamment significative avant la vente [pour que soit retenue la garantie d’éviction du vendeur] » (F. Rouvière, Garantie d’éviction face à la date de naissance de l’hypothèque, L’essentiel droit de l’immobilier et urbanisme, décembre 2015).

 

 

Annabel QUIN,

Maître de conférences à l’Université de Bretagne-Sud

Ancienne avocat au Barreau de Paris

 

 

Mise en ligne: 06/01/2016

Application mobile

LaywerToLawyer, l'application mobile Alta-Juris des avocats pour les avocats

Ventes aux enchères immobilières

Actualités en partenariat avec DALLOZ

Me Étienne Ambroselli, avocat des opposants au projet « Cigéo […]
ven 22 Juin 2018
L’acquittement par la Cour pénale internationale (CPI) de l’ancien vice-président […]
jeu 21 Juin 2018
Le défaut de signature d’une convention ne prive pas l’avocat […]
mar 19 Juin 2018
L’article 19, alinéa 2, de la loi du 31 décembre […]
lun 18 Juin 2018
L’ex-directrice du magasin Tati de Barbès, qui comparaît pour harcèlement […]
dim 17 Juin 2018

Village de la Justice

Ville de la Justice

Rechercher un avocat